You are currently browsing the tag archive for the ‘réalité’ tag.


Coppélia, Valse lente

Son petit corps léger et fragile entièrement penché sur le pupitre de bois massif, la petite fille s’appliquait, traçant une à une, avec une extrême lenteur, les lettres de son prénom : Coppélia. Malgré les cris joyeux que poussaient les enfants jouant dans la cour de l’école, qu’on entrevoyait par la fenêtre, elle demeurait imperturbable. Même l’impossibilité qu’elle avait de les rejoindre, tout comme l’ostracisme de ses camarades à son égard, la laissaient dans une authentique indifférence. Cette petite poupée, aux grands yeux vitreux comme s’ils étaient d’émail, effectuait inlassablement les mêmes gestes en observant une irréprochable cadence. Sa plume glissait adagio sur le papier couleur de lait comme si, suivant son instinct musical, elle avait dessiné sur une partition de jolies notes, traces écrites d’un refrain sempiternel. Chaque fois qu’elle arrivait en bout de page, elle recommençait plus bas, indiquant une nouvelle portée et récitant infiniment le même solfège. Elle avait fait de sa plume un instrument, et chaque coup qui venait résonner sur le papier parcheminé était au feuillet ce qu’est l’archet au violon, géniteur d’une suave mélodie néanmoins ancrée dans une douce amertume. De même que sa main ne s’usait jamais, ne se décourageait jamais dans cette tâche fastidieuse, ses yeux ne quittaient oncques le grand rectangle blanc qu’elle avait devant elle, support de son infortune. Lorsque les feuilles, couvertes d’une écriture uniforme, n’étaient plus en mesure d’accueillir ne serait-ce qu’une seule lettre de plus, ce qui arrivait assez fréquemment, et ce malgré le délai nécessaire à la petite ballerine pour écrire ne serait-ce que huit signes, celle-ci, de sa main inoccupée, les laissait glisser doucement, révélant à la lumière un blanc immaculé. Constamment, elle répétait ces gestes, sans lassitude aucune, exécutant docilement le semblant de punition qui lui avait été attribué iniquement. Elle aurait pu penser que cela était injuste, qu’elle ne méritait pas cela. Elle aurait pu penser qu’elle avait le droit, elle aussi, de s’arrêter de travailler, quelquefois, penser qu’elle aurait aimé jouer, ou rêver au grand air. Penser à s’échapper, penser à partir, vagabonder, penser à rompre ce triste refrain. Penser aux pas de danse que lui aurait permis une ballade jouée au piano, d’un tempo tellement plus entraînant. Une harmonie créée par un orchestre. Elle aurait pu penser à tout cela. En faire son leitmotiv. Elle aurait pu. Seulement, dans sa petite robe rose de danseuse, animant ses petits bras de petit rat, Coppélia n’y pensait pas. Coppélia ne pensait pas. Elle conservait son tendre sourire d’ange, sourire figé par sa mélancolie. Elle conservait ses habitudes, sa position, son malheur. Coppélia n’avait pas le choix. On lui avait bien apprit à faire autre chose, à écrire d’autres choses, mais pour l’instant, personne n’avait besoin de cela. De son écriture d’artiste, s’entraînant à écrire son prénom, la petite fille ne dérangeait personne. On aurait même pu dire qu’elle arrangeait. Un jour, on lui faisait faire ceci, un autre cela, on ne prenait jamais en compte son avis, mais cela avait-il vraiment une importance ? Avait-elle une opinion ? Personne ne s’en souciait, personne ne tenait à le savoir. Elle aurait pu avoir une infinité de possibilités si on lui en avait donné les moyens. Si et seulement si. Destinée à accomplir sagement tout ce qu’on lui ordonnait, elle demeura ainsi, toute sa vie, à effectuer ces gestes continus. Elle demeura ainsi, jusqu’au jour où le mécanisme s’arrêta. Usé par tant d’activité, son petit coeur, son moteur avait lâché prise, abandonnant Coppélia, Coppélia l’automate, sans vie, sans âme.

Publicités

Le temps a beau passer, l’expérience a beau se construire, il existe des questionnements qui demeurent perpétuels à l’homme. Le mystère de la vie en est un. Il m’est arrivé, moi aussi, de me demander à quoi j’étais rattachée, pourquoi je vivais. J’ai tenté de trouver des réponses logiques, concrètes, simples et personnelles, des réponses « convenables » ou du moins qui me semblaient telles. Pourquoi existe t-on, pour qui existe t-on, comment existe t-on, par quel moyen extraordinaire la matière qui nous constitue s’est-elle assemblée afin de nous faire nous animer, quel est ce souffle qui nous permet d’être et de demeurer […] ? En autant de questions que sont ces semblants de pistes erronées, je tentais d’apprivoiser ces énigmes secrètes. À mesure que j’avançais, je me trouvais confrontée à un nouvel obstacle, toujours plus dense, toujours plus haut que les précédents et qui, par cet attribut, me faisait espérer d’arriver un jour au sommet, où je verrais la lumière. Pourtant, les ombres demeuraient. Elles persistaient, toujours plus noires à mesure que le temps passait, et paraissaient s’évanouir, ou du moins à mes yeux, dès qu’une lueur d’espoir ou de renouveau prétendait éclairer mon quotidien, d’ordinaire si monotone.

***

C’est ainsi que semble être fait ce monde si étrange, étranger malgré toute chose à l’homme qui croit le connaitre si bien. Toute existence suit un fil conducteur, histoire dominante de cette histoire. Cependant, dès qu’un incident vient troubler le cours normal des choses, on se laisse distraire, impitoyablement, jusqu’à en oublier ses aspirations essentielles. Les aléas secondaires sont, inexorablement, projetés au devant de la scène de notre existence comme s’ils étaient notre unique raison de vivre, et ce au détriment de l’entité qui habite un être de chair et d’esprit.

***

« Malheur à celui qui, au milieu de sa jeunesse, s’abandonne à un amour sans espoir !
Malheur à celui qui se livre à une douce rêverie avant de savoir où sa chimère le mène et s’il peut être payé de retour ! »
Alfred de Musset
Les caprices de Marianne

***

Pendant un temps, je pensai avoir résolu le problème de ma raison d’être. Une fois de plus, une pensée secondaire emplit mon esprit, emprisonnant ma lucidité et détournant mes réflexions. Prise au piège, cloisonnée, je continuais d’avancer, aveugle, persuadée d’arriver à mon apogée. Mon état de béatitude presque complète et qui paraissait me donner la possibilité d’aller toujours plus de l’avant de ma propre initiative, ne faisait que me contraindre à emprunter une piste d’apparence dégagée mais en réalité bien loin d’être facile à suivre. Je ne devais pourtant le découvrir que bien plus tard…
En attendant cette prise de conscience qui s’avéra tant fulgurante que douloureuse, je vivais des moments heureux, partagés entre le bonheur que peut prodiguer les sentiments humains et celui, calme et serein, d’un cadre de vie agréable bien qu’assez répétitif. Je croyais voir en chaque chose de petits progrès, des marques, des signes, alors que toute manifestation n’était probablement que le fruit du hasard. Silencieusement, je continuais à m’enfoncer sur un chemin qui se révélait de plus en plus étroit, annonçant une lente descente éternelle. N’ayant personne à qui confier mes secrets douloureux, mes peurs cachées, mes regrets et mes doutes, je décidais de faire comme si ma vie suivait le cours tranquille d’un fleuve qui ne tarit jamais, qui ne s’emballe jamais, qui se prolonge à jamais, et je persévérais dans ma course, solitaire. Au fond, c’est dans la solitude que l’épanouissement est le plus complet. C’est du moins ce dont j’étais persuadée, ou plutôt ce dont je me persuadais.

***

Enfin arriva le jour où je compris que le rocher, l’obstacle qui se trouvait devant moi et me barrait le chemin était trop imposant pour que je puisse y faire face seule. C’est en cherchant de l’aide que je pris conscience de l’état d’abandon absolu dans lequel je languissais, à la fois malgré et contre moi. M’apercevant que je m’étais égarée, je décidais de me laisser emporter par le vent, espérant qu’il m’indiquerait la voie à suivre pour répondre au bonheur auquel j’aspirais. Ce jour là, je tombais de haut.

***

Je ne puis affirmer m’être intégralement remise de cette aventure éphémère qui m’empêcha, quelque temps, de considérer objectivement l’ultime but que je m’étais fixé, et que je poursuis encore, dans un élan d’espérance. Je ne saurais non plus confirmer la thèse indiquant qu’un événement assez important se produisit entre le moment où je marchais encore et celui où je me laissais tomber. Je sais simplement que la chute fut douloureuse et que je me brisais contre les écueils, éclatant de toutes parts…