You are currently browsing the tag archive for the ‘rêves’ tag.


MOI — C’est étrange, ne trouves-tu pas ?
LUI — Quoi donc ?
MOI — Se retrouver ainsi, des années après.
LUI — Des années après quoi ?
MOI — Des années après tout.
LUI — Il ne s’est jamais rien passé entre nous.
MOI — Je sais.

***

LUI — Alors, tu m’aimais ?
MOI — Je crois, oui. Je ne sais pas vraiment si c’était de l’amour. Je n’ai pourtant jamais rien ressenti de tel. Ni avant, ni après toi. Et toi, est-ce que tu m’aimais ?
LUI — Non. Nous ne nous sommes jamais aimés.

***

MOI — Qu’as-tu fais, toutes ces années durant ?
LUI — J’ai voyagé. J’ai parcouru le monde à la recherche de je-ne-sais-quoi. J’ai erré tout le jour, toute la nuit. Je ne voulais rester nulle part. Je fuyais chaque endroit où je me trouvais bien. Cela me plaisait beaucoup. Ce n’était pas toujours facile, non. Mais je l’ai fait. Et puis, un beau jour, j’ai voulu revenir ici. Je suis rentré ce soir.
MOI — Tu as trouvé ? Tu as trouvé ce que tu cherchais ?
LUI — Pas encore. Et toi, que faisais-tu ?
MOI — Je suis partie, moi aussi. Je n’ai peut-être pas voyagé, mais j’ai voulu changer de vie. Je m’en suis allée, doucement, par le petit chemin rocailleux. Je voulais m’établir, je me suis installée dans une petite maison. Tous les matins, j’ouvrais mes volets sur une prairie qui changeait au fil des saisons. L’hiver, elle était blanche, rougeoyante quand arrivait l’automne, verte dès le début du printemps, multicolore l’été. C’était merveilleux.

***

LUI — Tu sais, un jour, j’ai rencontré quelqu’un.
MOI — Ah oui ?
LUI — Oui. J’ai pensé un temps refaire ma vie avec elle, j’ai pensé un temps que j’avais trouvé ce qu’il manquait à mon existence.
MOI — Qu’avait-elle de si particulier ?
LUI — Elle avait tout pour elle.
MOI — Tout ?
LUI — Oui, tout. Elle était belle, aimante et douce, elle était souriante, intelligente et érudite. Elle était de bonne éducation.
MOI — Comment s’appelait-elle ?
LUI — Elle ne s’appelait pas.
MOI — Comment l’as-tu connue ?
LUI — Par un jour de pluie.

***

MOI — Moi aussi, j’ai voulu tout recommencer, repartir de zéro.
LUI — Parle-moi de ton passé qui m’est inconnu.
MOI — Nous nous sommes rencontrés à la ville. Ce n’était pas très romantique, non, mais c’était agréable. Il me parlait de lui, de ses projets. Il me disait qu’il m’aimait, qu’il voulait que je sois sienne. Il me prenait dans ses bras, me faisait rire. Timidement, je détournais la conversation. Il était fou et j’étais sage.
LUI — Tu as toujours été trop sage.

***

LUI — S’il te disait des mots d’amour, si tu étais heureuse, pourquoi l’as-tu quitté ?
MOI — Je ne sais pas. Il était incapable de me permettre d’accéder au bonheur auquel j’aspirais.
LUI — Tes rêves sont trop fous.
MOI — Et toi ? Qu’est-il advenu de ton aventure ?
LUI — Je la trouvais trop parfaite. Elle était idyllique, mais tout semblait trop irréel.
MOI — Tes ambitions sont trop sages.
LUI — Qu’importe.

***

MOI — Pourquoi nies-tu constamment l’évidence ? Elle s’impose à toi, ne la vois-tu pas ?
LUI — Non. Le devrais-je ?
MOI — Ainsi, c’était vrai, tout ce que l’on dit ?
LUI — Que dit-on ?
MOI — On raconte que tu es devenu aveugle. Que tu as perdu tes yeux, ton regard critique. On hasarde que tu as perdu tes sentiments.
LUI — Tout ce que l’on raconte est faux.
MOI — Parfois, il faut écouter son cœur.

***

LUI — C’est vrai que c’est beau.
MOI — De quoi parles-tu ?
LUI — Ce ciel étoilé. C’est vrai que c’est beau.
MOI — Certainement.
LUI — Maintenant, je m’en souviens.
MOI — Je n’ai jamais oublié.
LUI — N’as-tu donc rien fait pour effacer tes souvenirs ?
MOI — J’ai tout essayé.
LUI — Est-il préférable d’annihiler son bonheur passé ou de se remémorer sa souffrance ? Je ne saurais choisir.
MOI — Tout cela n’est que question d’espoir.
LUI — Je ne connais pas ce mot.

***

MOI — Dis, tu te souviens vraiment ? Ou bien ne sont-ce que des bribes éparses qui te reviennent ?
LUI — Je me rappelle que nous accrochions nos rêves à Mizar, je me rappelle qu’Alcor nous conduisait. Nous suivons la Boussole et, à Altaïs, nous confiions nos souffrances. Il nous suffisait de contempler Véga pour que, de nos lèvres, s’élève un chant d’amour, un chant de paix, un chant de rêve. Devant Castor, nous parlions du passé, devant Pollux de l’avenir. En regardant Chedar, nous évoquions la littérature, devant Atlas les voyages, devant telle étoile la peinture, devant telle autre quelques banalités. Chaque soir, nous prenions longtemps à choisir une étoile, selon nos envies, puis nous discutions du sujet que nous lui avions attribué. Nous les connaissions toutes.
MOI — Puis, un jour, ou plutôt une nuit, nous vîmes le Cygne s’animer, battre ses majestueuses ailes blanches. Un chant s’éleva des cieux, le chant du Cygne.

***

LUI — Le Cygne n’est pourtant pas mort. Il semble être revenu. L’as-tu vu dans le ciel, ce soir ? Comme il est beau.
MOI — Il n’est jamais parti.
LUI — Cessons de fixer l’espace. Regarde-moi.

***


Coppélia, Valse lente

Son petit corps léger et fragile entièrement penché sur le pupitre de bois massif, la petite fille s’appliquait, traçant une à une, avec une extrême lenteur, les lettres de son prénom : Coppélia. Malgré les cris joyeux que poussaient les enfants jouant dans la cour de l’école, qu’on entrevoyait par la fenêtre, elle demeurait imperturbable. Même l’impossibilité qu’elle avait de les rejoindre, tout comme l’ostracisme de ses camarades à son égard, la laissaient dans une authentique indifférence. Cette petite poupée, aux grands yeux vitreux comme s’ils étaient d’émail, effectuait inlassablement les mêmes gestes en observant une irréprochable cadence. Sa plume glissait adagio sur le papier couleur de lait comme si, suivant son instinct musical, elle avait dessiné sur une partition de jolies notes, traces écrites d’un refrain sempiternel. Chaque fois qu’elle arrivait en bout de page, elle recommençait plus bas, indiquant une nouvelle portée et récitant infiniment le même solfège. Elle avait fait de sa plume un instrument, et chaque coup qui venait résonner sur le papier parcheminé était au feuillet ce qu’est l’archet au violon, géniteur d’une suave mélodie néanmoins ancrée dans une douce amertume. De même que sa main ne s’usait jamais, ne se décourageait jamais dans cette tâche fastidieuse, ses yeux ne quittaient oncques le grand rectangle blanc qu’elle avait devant elle, support de son infortune. Lorsque les feuilles, couvertes d’une écriture uniforme, n’étaient plus en mesure d’accueillir ne serait-ce qu’une seule lettre de plus, ce qui arrivait assez fréquemment, et ce malgré le délai nécessaire à la petite ballerine pour écrire ne serait-ce que huit signes, celle-ci, de sa main inoccupée, les laissait glisser doucement, révélant à la lumière un blanc immaculé. Constamment, elle répétait ces gestes, sans lassitude aucune, exécutant docilement le semblant de punition qui lui avait été attribué iniquement. Elle aurait pu penser que cela était injuste, qu’elle ne méritait pas cela. Elle aurait pu penser qu’elle avait le droit, elle aussi, de s’arrêter de travailler, quelquefois, penser qu’elle aurait aimé jouer, ou rêver au grand air. Penser à s’échapper, penser à partir, vagabonder, penser à rompre ce triste refrain. Penser aux pas de danse que lui aurait permis une ballade jouée au piano, d’un tempo tellement plus entraînant. Une harmonie créée par un orchestre. Elle aurait pu penser à tout cela. En faire son leitmotiv. Elle aurait pu. Seulement, dans sa petite robe rose de danseuse, animant ses petits bras de petit rat, Coppélia n’y pensait pas. Coppélia ne pensait pas. Elle conservait son tendre sourire d’ange, sourire figé par sa mélancolie. Elle conservait ses habitudes, sa position, son malheur. Coppélia n’avait pas le choix. On lui avait bien apprit à faire autre chose, à écrire d’autres choses, mais pour l’instant, personne n’avait besoin de cela. De son écriture d’artiste, s’entraînant à écrire son prénom, la petite fille ne dérangeait personne. On aurait même pu dire qu’elle arrangeait. Un jour, on lui faisait faire ceci, un autre cela, on ne prenait jamais en compte son avis, mais cela avait-il vraiment une importance ? Avait-elle une opinion ? Personne ne s’en souciait, personne ne tenait à le savoir. Elle aurait pu avoir une infinité de possibilités si on lui en avait donné les moyens. Si et seulement si. Destinée à accomplir sagement tout ce qu’on lui ordonnait, elle demeura ainsi, toute sa vie, à effectuer ces gestes continus. Elle demeura ainsi, jusqu’au jour où le mécanisme s’arrêta. Usé par tant d’activité, son petit coeur, son moteur avait lâché prise, abandonnant Coppélia, Coppélia l’automate, sans vie, sans âme.